Le centre de formation de Sepro sera la pièce maîtresse d’un « Campus Robotics & Manufacturing » voulu par la Roche-sur-Yon.

Sepro prendra livraison, le 3 juillet 2018, d’un nouveau “centre de formation mondial“ à La Roche-sur-Yon. Ce bâtiment de 850 m2, équipé de cinq salles pédagogiques, représentera un investissement de 1,6 M€, porté par une société civile immobilière associant les agences de développement de l’agglomération de La Roche-sur-Yon (Oryon) et celle des Pays de la Loire.

1 500 stagiaires

Sepro, numéro deux mondial dans les robots actionnant les presses d’injection plastique, accompagne ainsi une forte demande en matière de formation. La société accueille actuellement 1 000 stagiaires par an : ses propres salariés, des clients ou des partenaires venant s’essayer aux derniers produits de la gamme. L’entreprise travaille en effet dans un contexte très collaboratif avec des fabricants de robots partenaires tels Yaskawa ou Stäubli. Le nouveau site permettra de passer à 1 500 stagiaires par an.

Niveau d’activité record

Ce projet reflète la forte croissance du groupe qui vise un chiffre d’affaires de 115 à 120 M€ cette année contre 104 M€ en 2016 et 92,7 M€ l’année d’avant, dont 90 % à l’export. Sur le seul mois de mars 2017, l’entreprise atteint son record absolu de vente, avec 300 robots, soit 25 % de plus qu’en mars 2016. Selon Jean-Michel Renaudeau, le directeur général, Sepro progresse trois fois plus vite que ses concurrents dont le leader du marché, le japonais Yushin, affichant 160 M€ de chiffre d’affaires.

Extension

Sepro présentera le 19 mai un autre investissement, plus important. Celui de l’extension de son usine. Selon Jean-Michel Renaudeau, celle-ci atteindra cette année le seuil de saturation estimé à 3 000 robots. Le dossier est en cours d’instruction.

« Campus Robotics & Manufacturing »

Ce centre de formation, situé rue Jean Esswein, à l’est de La Roche, est la pièce maîtresse d’un « Campus Robotics & Manufacturing » porté par l’agglomération et la région. Sur ce site, 11 ha ont été réservés pour accueillir d’autres acteurs publics ou privés, de la robotique et du manufacturing. C’est là que se trouve déjà Proxinnov, la plateforme régionale d’innovation sur la robotique dont les locaux seront sans doute agrandis à terme. Proxinnov, qui compte une centaine de membres, se donne pour mission de travailler sur l’intégration des robots, « car un robot seul ne sert pas à grand-chose », résume Jean-Michel Renaudeau. De fait, Proxinnov répond à plusieurs Appels à manifestations d’intérêt (AMI) dans ce domaine.